Poursuivez votre nindo, dans un monde où la paix est encore loin d'exister...

Partagez | 
 

 Tama Jônetsu [DC de S. Minomura] [Ames sensibles ou puritaines, s'abstenir]

Aller en bas 
AuteurMessage
Tama Jônetsu
Jûnin de Kiri
avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 10/08/2011
Age : 24
Localisation : Dans l'appartement d'Aki-kun *_*

Identité du Ninja
Expérience:
0/0  (0/0)
Âge: 23 ans
Prime: /

MessageSujet: Tama Jônetsu [DC de S. Minomura] [Ames sensibles ou puritaines, s'abstenir]   Sam 25 Fév - 13:57


Jônetsu ♣ Tama


23 ans ♣ Kirigakure no Sato ♣ Suiton, Raiton ==> Ranton (art d'utiliser la tempête) ♣ ANBU spécialisée dans l'Assassinat, l'Infiltration, l'Intimidation et le Massacre de Masse - Lieutenant de la Garde Rapprochée du Mizukage

Physique ♣ Ninja :

Tama est de taille normale pour une femme, ni trop grande, ni trop petite. On pourrait la qualifier de fine et élancée. Ses cheveux bruns ou châtains (je ne sais jamais), descendent jusqu’en dessous des épaules, et encadrent un visage fin, dont la pâleur (ainsi que celle du corps) est justement mise en valeur par le contraste peau-cheveux. Sa bouche est petite et fine, et est d’un rose très pâle elle aussi, tirant presque sur le gris, comme la peau. Sn petit nez sépare parfaitement, et de manière très esthétique, son visage. Mais là où est attiré le regard des gens, c’est justement ses yeux, d’un vert éclatant, presque… Electrique. Certains disent y voir une étincelle de folie, à l’intérieur, mais ce qui est sûr, c’est que Tama a un regard à glacer le sang, à l’inverse de sa poitrine qui attise certaines pulsions masculines, vite réprimées.
Niveau vestimentaire ? Tama est généralement vêtue de blanc et de marron, mais cela pourra changer selon les besoins de missions particulières. Quelque chose qui reste toujours, néanmoins, est la cape violette-pourpre dans son dos, qu’elle a mis afin d’illustrer un de ses surnoms, bien que le Pourpre en question faisait référence au sang qu’elle faisait couler.


Caractère ♣ Ninja :
Premièrement, je vous rassure, Tama n’est pas dérangée. C’est juste quelqu’un qui aime particulièrement ce qu’elle fait, même si cela n’est pas apprécié par le reste de la population. Tama aime prendre la vie des gens, aime se battre. C’est cela qui lui donne la force de continuer à vivre, après la perte de Yuri.
Particulière, elle l’est. Le sang de ceux qu’elle tue finit invariablement sur ses lèvres et sur sa langue. C’est une sorte de rituel qu’elle a. Etrange, je vous le concède, mais elle est comme elle est.
Elle peut sembler hautaine, mais cela n’est qu’une façade. Sous cette barrière mentale se cache la petite fille solitaire qu’elle était avant de rencontrer Yuri, la petite fille repoussée par tous. Une petite fille qui ne demande que de l’amour. Mais n’allez pas imaginer pour autant que percer cette barrière sera facile. Celle-ci s’est énormément consolidée avec le temps.
Question confiance ? Eh bien, elle n’a confiance en personne, hormis en Ryusei, le seul capable également de lui donner un ordre.
Toutefois, quelle que soit la personne qui s’y essaye, Tama ne permet pas que l’on la touche. Pour les plus chanceux, elle s’esquive rapidement et va se placer plus loin. Pour les autres… Ils ne sont plus en mesure de vous répondre. Et ce, encore plus si ce sont des hommes.
Paradoxalement, elle peut se montrer très aguicheuse et quelquefois, un peu perverse, avec ceux qu’elle rencontre.
Concernant son pays, Tama y est très loyale. Il n'y a pas plus patriote qu'elle. Elle irait jusqu'à noyer une nation de sang si on le lui ordonnait pour le bien de son pays. C'est pourquoi elle obéit au doigt et à l'oeil au Mizukage (c'est d'ailleurs bien le seul) et qu'elle irait jusqu'à mourir pour lui.
Ah, une dernière chose, abstenez-vous de la mettre en colère. Même moi, je ne m’y risque pas.
Pour le reste ? Eh bien, ce sera à vous de le découvrir dans ses rps. Pourquoi ? Pour deux raisons : la première est qu’au moins, vous découvrirez vraiment qui elle est avec du réalisme. La deuxième est moins avouable, mais c’est surtout que je ne sais plus quoi dire, ou que j’ai la flemme d’écrire X)


Histoire ♣ Ninja :


Kiri, ce village qui m’a vu naître, qui m’a vu aimer, et qui m’a vu partir. Kiri, comment en es-tu arrivé là ?


Les premiers jours

Tama était orpheline. Son père était mort en mission alors que sa femme était enceinte, et sa mère, elle, est morte peu après l’accouchement. Dans les veines de la jeune fille coule en effet le sang d’une très très ancienne lignée de shinobis, aujourd’hui disparue. Et il se trouve tellement intense que du chakra, sous forme d’électricité, entoure toujours Tama, et électrocute quiconque la touche. C’est ainsi quelle tua sa propre mère à la naissance, laquelle se battit pour, malgré la douleur et le sang, faire naître sa fille. Jusque tardivement, elle ne savait pas contrôler ce pouvoir, mais nous n’y sommes pas encore là.

Tama était orpheline et, de ce fait, fit partie d’un orphelinat militaire. La discipline qui y régnait était très stricte, d’autant plus que nous nous trouvons à Kiri. Les Chûnins responsables de leur éducation ne laissait pas passer une seule erreur, quelle qu’elle soit. Une formation impitoyable les attendait tous, dès l’âge où il savait marcher et parler. En effet, les hautes sphères de Kiri no Sato voulaient transformer les orphelins en machines de guerre encore plus impitoyables que les shinobis « normaux ».

Tama était orpheline, et sa particularité la faisait être mise à l’écart des autres. Après tout, qui voudrait d’une amie qui vous enverrait une décharge, pouvant être mortelle, à chaque fois que vous la touchez ? Malgré toutes les protections qu’elle prenait, le courant passait toujours. Les autres enfants se moquaient d’elle, et leurs tuteurs se fichaient complètement d’une seule gamine parmi tant d’autres.

Yuri était orpheline, et n’était pas comme les autres. A la vérité, cette petite fille solitaire l’intriguait, et la connerie, pardon de dire ça, des autres, l’énervait. C’est pourquoi, un beau jour, n’y tenant plus, elle alla la voir. Tama, surprise et intimidée, faillit prendre la fuite, mais Yuri l’attrapa par le bras, et se prit une décharge.

Lorsqu’enfin elle se réveilla, Tama, qui était restée à côté de son lit toute la journée, s’attendait à être une nouvelle fois traitée de monstre, ou d’autres termes encore moins amicaux, mais un petit espoir vivait dans son cœur, celui d’être enfin acceptée par quelqu’un. Car n’était-ce pas cette jeune fille qui, la première, était venue la voir ?



« Yuri, c’est ça ? Je… Je suis… Désolée. »

« Ne t’en fais pas. Je ne t’en veux pas. Mais on peut dire que ce fut une rencontre foudroyante. »



Yuri se mit à rire, et Tama finit par l’imiter. A compter de ce jour, les deux filles devinrent amies, et ne se quittèrent plus d’une semelle. Elles travaillaient ensemble, jouaient ensemble, dormaient ensemble (oui, dans le même lit si vous vous posez la question) en prenant toutefois garde à ne pas prendre le jus (les couvertures de l’orphelinat se révélèrent être un excellent isolant).

Un an plus tard, soit lorsqu’elles eurent leurs huit ans, avec leur « promotion », elles intégrèrent l’Académie où, avec leur entraînement déjà important, tous les orphelins eurent les meilleures notes, ou peu s’en fallait. Aussi, deux ans plus tard, Tama et Yuri obtinrent leur diplôme, après avoir passé le tristement célèbre examen final de Kiri encore en vigueur, et formèrent une équipe avec un troisième Genin, lequel ne tarda pas à mourir des mains de Tama après s’être moquée de l’amitié qui unissait les deux jeunes filles. Sa mort ne fit de peine à personne, hormis les parents, et fut officiellement due à une mission qui aurait mal tournée, du moins pour lui. Tama n’en éprouva aucun remord, bien au contraire. Elle se découvrit son premier amour, celui de l’assassinat.

Mais les missions de Genin ne comportent quasiment jamais ce type d’objectifs. Mais lorsqu’elles devinrent Chûnin, cela changea du tout au tout. Ce n’était certes pas des cibles aussi importantes que celles confiées aux Jônins ou ANBU, mais il fallait prendre la vie de quelqu’un, et cela lui allait bien comme c’était. Oh, je sais ce que vous pensez, encore une malade, mais c’est faux. Tama sait aussi se montrer très douce et gentille. Elle adore par exemple les enfants. Et Yuri……

Avec le temps, et à force de s’entraîner, Tama avait réussi à dompter plus ou moins bien l’intensité électrique qui courait sur son corps, la réduisant à un simple chatouillis dès lors que vous la touchiez. Bien sûr, lorsqu’elle s’énervait, ou qu’elle ressentait une forte émotion, le plus souvent négative, elle pouvait à nouveau perdre le contrôle de ce pouvoir, mais la plupart du temps, cela allait.



Corps et âmes


C’était au retour d’une mission. Il pleuvait et faisait nuit, et Tama et Yuri étaient trop fatiguées pour continuer d’avancer. Une maison se trouvait sur leur trajet, et sans gêne, elles pénétrèrent à l’intérieur. Un vieil homme était tranquillement assis sur une chaise, un livre à la main.


« Qui… Qui êtes-vous ? Des ninjas ? »

« Yuri ? »

« Vas-y. Personne ne saura qu’il est mort. »



Sans prêter attention aux supplications du vieillard, Tama le traîna dehors, et l’égorgea. Elle porta ensuite le kunai jusqu’à sa langue et le lécha. Le sang qu’elle avait goûté hier était meilleur que celui-là. Mais leurs propriétaires n’étaient pas du même âge. Cela dit, comme à chaque fois qu’elle prenait la vie de quelqu’un, elle sentait des frissons de plaisir sur sa peau, et une chaleur dans son bas-ventre.

Lorsqu’elle fut de retour dans la maison, la vue de Yuri, ses vêtements moulant sa peau à cause de l’eau, et ses cheveux collés à son visage par la pluie de l’extérieur la troublèrent comme jamais auparavant. Tama s’approcha d’elle, et l’embrassa. A sa grande surprise, Yuri lui rendit son baiser. Toute essoufflées, les deux adolescentes se regardèrent.



« Yuri… Je… Je t’aime… »

« Hhh, moi aussi… Tama… »



Jamais je n’ai ressenti un tel plaisir. L’union de nos deux corps, ta main caressant le mien, et la mienne sur la peau douce de ton jardin interdit. Ta bouche sur ma bouche, et la danse de nos langues. La chaleur de ta peau sur la mienne, et la brûlure de plaisir de tes doigts dansant sur et dans mon corps, le goût sucré de ce fruit sacré, tes seins touchant les miens. Nous passâmes la nuit ainsi, à nous redécouvrir, à éprouver toutes deux un puissant plaisir mutuel, chaque orgasme amenant un désir de toi encore plus grand. Si la nuit avait été éternelle, nul doute que je serais ainsi resté avec toi.


Le Soleil levant les éclairait toutes deux. Nues et enlacées, Tama et Yuri se réveillèrent. Sa tête se trouvait posée sur sa poitrine, et l’envie de la caresser la reprit. Mais elles devaient se remettre en route, et faire le rapport de leur mission. Mais cela n’empêchait pas d’échanger un dernier baiser, n’est-ce pas ?

Chaque nuit les voyait recommencer, mission ou pas mission. Elles n’éprouvaient aucune fatigue, bien au contraire, elles se sentaient en forme. Et de jour, un petit baiser, une petite caresse, au détour d’un couloir, dans la rue, en observant une cible. Une cible oui. Car les deux kunoichis s’étaient spécialisées dans les assassinats, et leur talent dans ce métier leur avait valu une promotion, à 17 ans, au rang de Jônin. Bien sûr, de temps en temps, l’une ou l’autre effectuait une mission sans assassinat, et seule, mais la plupart du temps, elles opéraient par équipe. Elles passaient pour être l’un des duos les plus efficaces du village, et on les surnommaient les Sœurs Mortelles. Il faut dire que l’on pouvait les prendre pour des sœurs, toutes deux étant brunes. Mais si les gens savaient… Heureusement qu’ils l’ignoraient. Ce genre de chose était mal vu.


Si j’avais su, Yuri, si j’avais su. Nous serions parties ensemble, loin, vivre notre amour en paix. Mais il en est allé autrement. Pardonne-moi, Ô mon amour.


La Passion du Sang


Cela faisait trois jours que Yuri était parti en mission, récupérer un rouleau de grande importance pour le village. Seulement, une semaine après, il n’y avait toujours aucune nouvelle d’elle. La décision fut alors prise en haut lieu d’envoyer une équipe de sauvetage pour récupérer Yuri, et terminer la mission. Le commandement en fut donné à Tama.

Lorsque la brigade de ninjas arriva dans la ville où se situait le rouleau, les informations ne furent pas difficiles à récolter. En effet, les ninjas du village se vantaient haut et fort d’avoir emprisonné une espionne de Kiri. Il fut alors décidé de former deux équipes, une allant récupérer le rouleau, l’autre devant s’infiltrer dans la prison.

Tama et deux autres ninjas avaient réussi à pénétrer dans ladite prison.. Située près du quartier militaire le plus sécurisé de ce village, la surveillance était à un niveau plus ou moins élevé. Mais de toute façon, l’infiltration était un de ses domaines de prédilection. Ils avaenit pénétré l’un des points faibles de toute prison en ce monde, le système de ventilation, suffisamment large pour qu’un homme puisse pénétrer à l’intérieur. Et forcer les grilles n’avait pas été un problème non plus. Le métal n’aime pas l’acier électrifié.

Rampant à travers tout le réseau, Tama se dirigeait vers le quartier de haute sécurité, où Yuri était enfermée. Selon le plan qu’elle possédait, elle devait être dans ledit quartier. Tama souleva une grille d’aération et sauta dans le trou, pour atterrir sans bruit dans le couloir. Un gardien se trouvait cinq mètres devant elle, et s’était arrêté, comme s’il avait entendu quelque chose. Tama n’attendit pas, et bondit sur lui, lui mit une main sur la bouche et l’autre dans le cou, et lui envoya une décharge mortelle.

Les cellules furent inspectées une à une ; Kiri n’abandonnait pas les siens. Mais dans aucune de celles-ci ne se trouvait Yuri. De désespoir, elle tuait aussi les prisonniers à l’intérieur. Son équipe n’essayait pas de l’en empêcher, voyant l’état émotionnel où elle se trouvait. Un autre gardien ? Celui-là finissait égorgé ou électrocuté sans avoir le temps ne serait-ce que de sortir une arme ou de lancer un jutsu. Le couloir derrière elle était devenu une rivière de sang, lequel suintait de sous les portes des cellules, ou bien sortait du corps des gardes morts étendus dans le couloir. La rage l’habitait, l’angoisse aussi, et la surprise de ceux qu’elle croisait facilitait sa progression.



« Tama… »

« Yu… »



Elle ne termina pas sa phrase. Yuri était là, nue, dans la cellule, suspendue par les poignets au plafond, et du sang suintait des multiples balafres qu’elle avait sur le corps, provenant sans doute d’un fouet.


« Tama… Ils m’ont… Je suis désolée… Ils m’ont… »

« Ne dis rien, Yuri… »



Tama la détacha, et la recueillit dans ses bras. En plus d’être fouettée, les gardes avaient abusé d’elle. A leurs yeux, elle ne devait être qu’une sale espionne, qui méritait amplement son sort actuel. Des larmes de peine et de rage coulaient sur ses joues, tandis qu’elle étreignait Yuri, laquelle pleurait aussi contre elle.


« Alerte ! Alerte ! Intrusion dans le Secteur 13 ! Intrusion dans le Secteur 13 ! »


Une alarme retentit, puissante, dans la prison. Des portes furent ouvertes à la volée, et des ninjas remontèrent le couloir en courant. Tama posa délicatement le corps de Yuri, encore en vie, par terre, et sortit de la cellule. Dès qu’ils la virent, les gardes foncèrent sur elle. Ils étaient six. Six à rejoindre le Monde des Morts.

Des escouades d’ANBU allaient arriver, ou du moins des escadrons spéciaux. Prenant Yuri dans ses bras, qu’elle recouvrit d’un vêtement pris à un mort, Tama se créa une sortie à travers les murs, et s’enfuit dans la nuit pluvieuse de Kiri. Personne ne la poursuivit, tandis qu’elle s’éloignait du village. Au petit matin, elle finit par arriver dans la maison où, pour la première fois, elles avaient fait l’amour. A l’intérieur, elle déposa Yuri sur un lit, et la recouvrit de couvertures, son corps étant froid et tremblant. Elle lui prit la main, et la serra dans les siennes.



« Yuri, je t’en prie… Parle-moi. »

« Tama… Je suis si… Heureuse… Si… Heureuse d’être avec toi. »

« Yuri… Moi aussi… Je… Je t’aime depuis le premier jour, ce jour où tu es venu vers moi, à l’orphelinat… Tu… Tu es la seule à… »



Yuri lâcha un petit rire.


« Je te l’ai dit… J’ai eu… J’ai eu le coup de foudre, Tama… Tama… Je… Je ne regrette rien… Je meurs heureuse… Heureuse de t’avoir aimé… D’avoir été à côté de toi… Alors… Alors… S’il te plaît… Une… Une dernière fois… Em… Embrasse-moi… Tama… »


Alors Tama, pleurant toutes les larmes de son corps, embrassa celle qui avait illuminée ses jours comme ses nuits, celle qui l’avait acceptée comme elle était, qui ne l’avait ni craint, ni rejeté, celle qui l’avait aimé. Et son baiser portait tout cet amour qu’elle ressentait pour Yuri, toute cette passion, toute cette tendresse.


« Yuri… Je t’aime… »


Dans un dernier souffle, celle-ci souffla son nom. La lueur dans ses yeux, lueur qu’elle avait tant de fois contemplée, s’éteignit, et Yuri arrêta de bouger, dans cette alchimie étrange qui marque la fin de la vie et le début de la mort. Comme son visage était beau, figé ainsi dans un ultime sourire. Elle respirait la tranquillité.

Alors la peine la submergea, à tel point que sa rage, qui s’était tue le temps de sortir son amour de sa prison, inonda son esprit, tel un tsunami, ravageant tout le contrôle qu’elle pouvait avoir sur elle-même. Il y avait un petit village de paysans non loin de la cabane. Les villageois se firent tous massacrer, par Tama et son équipe, pour apaiser sa souffrance.

Des funérailles eurent lieu, en comité réduit. Les deux jeunes femmes n’avaient certes pas beaucoup d’amis, et encore moins de famille, étant toutes deux orphelines. C’était une jolie tombe en marbre blanc, avec son nom marqué dessus : Yuri Nyûsatsu. Son katana avait été pris dans le marbre, et ressortait de la pierre tombale, comme s’il gardait la dépouille de Yuri.



Kiri, l’ancre de ma vie


Un de ses Amours avait disparu. Le seul qui lui restait désormais était la Mort. Tuer des gens, innocents ou pas, voir leur sang couler, et goûter à celui-ci lui procurait une jouissance qui s’approchait de celle qu’elle ressentait sous les mains et la langue de Yuri.

C’est pourquoi elle s’investit encore plus dans son métier, œuvrant à son échelle pour faire de Kiri une puissante nation crainte des autres. Elle est devenue un peu chat sauvage, acceptant la compagnie des autres, et surtout des hommes, seulement dans le cadre professionnel. Sa renommée, elle, grandit également. Elle fut rapidement connu, par la suite, sous le nom de Danseuse Pourpre, d’Eclair Sanglant, ou bien de Vampire de l’Est, dû au fait qu’elle buvait le sang de ses victimes.




Équipement ♣ Ninja :
Deux katanas longs portés croisés dans le dos, une dague à chaque hanche, des shurikens et des kunais, et une corne de brume à multiples usages.


Si votre personnage est un personnage du manga, vous serez dans l'obligation de nous faire un test rp, et l'histoire sera facultative (après tout, nous la connaissons tous plus ou moins). Cependant, si vous avez un personnage inventé, vous pourrez alors choisir entre écrire un test RP ou l'histoire de votre personnage (l'histoire sera de toute manière dans ce cas là un test RP...)
En ce qui concerne le Test RP, le sujet n'est pas imposé. Vous êtes libre d'écrire ce que vous voulez, un combat avec un ennemi, une balade en foret, etc. Peu importe car de toute façon, ce RP ne sera pas prit en compte dans l'histoire.



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ogito Yagarashi
Rokudaime Mizukage ~ Ninja Écologiste
avatar

Messages : 72
Date d'inscription : 15/07/2011
Age : 25
Localisation : A côté de chez mon voisin.

Identité du Ninja
Expérience:
100/100  (100/100)
Âge: 22 ans
Prime: /

MessageSujet: Re: Tama Jônetsu [DC de S. Minomura] [Ames sensibles ou puritaines, s'abstenir]   Sam 25 Fév - 14:03

Rien à dire, validée ! ^^



<< Invité, notre combat sera certainement le dernier de ta vie. >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://naruto-agari.forumactif.org
 
Tama Jônetsu [DC de S. Minomura] [Ames sensibles ou puritaines, s'abstenir]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ames sensibles s'abstenir...
» Petite torture d'elfes noirs (ames sensibles dehors Fini)
» [RP] Les Ames liés
» Ames errantes/Esprits Perdus
» SACHA CANICHE NOIR M 7 ANS LES ARTS ET LES AMES (76)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto no Agari :: Votre Personnage :: I. Fiches de ninjas :: . Fiches validées-
Sauter vers: