Poursuivez votre nindo, dans un monde où la paix est encore loin d'exister...

Partagez | 
 

 Qui a dit que j'étais une Poupée de son ? Dezaia Ikari

Aller en bas 
AuteurMessage
Dezaia Ikari
Membre de l'Akatsuki
avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 06/03/2012
Age : 24
Localisation : A votre avis, je vagabonne entre Ciel & Terre

Identité du Ninja
Expérience:
0/100  (0/100)
Âge: 23 ans
Prime: 25 000 Ryos

MessageSujet: Qui a dit que j'étais une Poupée de son ? Dezaia Ikari   Mar 6 Mar - 23:46


Ikari ♣ Dezaia




23 ans ♣ Akatsuki ♣ Suiton & Futon et donc Hyoton ( Mais très peu ) ♣ Nukenin de Suna

Physique ♣ Ninja :

Toute les illusions sont fictives, voir parfois imaginaire. Tel celle que l’on trouve dans les déserts à Suna ou bien dans une grande promenade dans les jardins de Konoha. Rien n’est vrai et pourtant tout l’est à la fois pour vous. Donc une illusion est le fruit de l’inconscient, certes mais pour la crée ne faut-il pas être un peu fou voir, fou toqué ?

Alors le serez-vous assez pour l’apercevoir dans un coin de rue ou bien au grand jour dans un village qui ne la cherche pas ? Ah vrai dire quand on fait partie de ses gens que tout un monde recherche, on ne passe pas sa vie à se prélasser dans les rues ou autres loisirs des populations sédentaires qui résident sur place … En faite la vie au grand air est bien mieux pour la demoiselle. Oui, oui c’est une fille, une jeune fille qui plus est. Qui a dit qu’à son âge on se nomme déjà « une vieille fille » ! Loin de là… Mademoiselle a tout juste vingt-trois ans et quelques mois de poussières mais bon, rien de grave en soit. Quoi que vingt-trois ans c’est drôlement vieux pour elle qui n’en semble que dix-huit … Enfin bon sous ses allures de petite fille voir de gamine, on trouve une jolie fleur. Peut-être trop jolie … Comme ce genre de plante que l’on trouve si jolie qu’on ne se souvient plus qu’en réalité ce sont des pièges vraiment … Mortels. Rose, Camélia et Œillet, trois fleurs qui peuvent aussi bien la décrire que la faire faner. Pour la rose la fleur de la passion qui peut devenir celle de la trahison. Le Camélia qui est en parti la fleur de la fierté admirative qui peut se changer en passion ardente. Pour l’Œillet on peu partir d’un bouquet sur une forte amitié qui dérivera sur la passion si forte qu’elle conduira à la dévotion éternelle.

Enfin de compte tout reviens sur un terme… Passion. Cette passion qui vient en premier lieu d’une envie qui vient en premier lieu de Dezaia. Car oui c’est ainsi que ce nomme notre petit bouquet de fleur rose et rouge formant un cocktail étonnant de sensations aussi bien tactiles que morales. Comme dicter avant elle est forte reconnaissable, déjà que l’on voit souvent son visage sur un Bingo Book d’un « petit chat » comme elle dira si bien, Dez’ joue alors au chat et à la souris et souvent la petite fouine qu’elle est l’emporte toujours. Comment la verrez-vous si vous la croisez un jour, et Dieu seul sait que je ne vous le souhaite pas …

Des Longs cheveux … Comme toutes les filles me direz-vous et bien non, des longs cheveux roses, oui, oui rose qui lui arrivent au niveau des genoux. Très peu pratique au premier abord, elle n’hésitera en rien de les couper pour sauver sa peau ou encore celle d’un ami qui lui est cher. Peu importe la nature d'un combat, elle peut se séparée d’un bras ou d’une jambe si la conclusion peut-être joyeuse pour son camps et même si la personne qu’elle trouve en face d’elle et qu'elle veut sauver ne l’apprécie pas du tout. Elle le fera. Tout simplement.

Pour le reste enfin, ce qui reste normal et moins atypique surtout c’est son corps. Assez simple, elle n’est ni grosse, ni petite, ni grande, ni mince. Juste ce qu’il faut. Rien de bien différent qui pourrait faire jalouser certaines filles de son âge. Sauf peu être sa taille assez fine grâce à ce qu’elle nomme « serre-taille » et qu’elle place sous sa robe. Oui pour paraître toujours jeune et jolie, il faut parfois se faire et se refaire d’artifice. Cependant, la seule chose qu’elle n’arrive pas à cacher c’est à poitrine, un peu trop grosse à son gout. Dans le jargon, on dira un bon bonnet C, mais pour Dezaia c’est bien trop … Imposant, voilà le terme. Pour sa peau, rien de bien … Étrange, hormis le fait que venant de Suna, sa peau est étrangement blanche comme si elle était albinos, ce qu’elle est en réalité, mais bon cela n’est qu’un détail parmi tant d’autre qui font qu’elle soit nommé Envie.

Pour ce qui est du reste, enfin du vissage en particulier. Dezaia a de magnifiques yeux bleus, comme la couleur de l’océan d’après les livres car elle ne l’a jamais vu encore. Mais ce n’est encore qu’un détail comme pour sa tenue habituelle : Une petite robe blanche de soie, avec un petit décolleté en V ornée de dentelle et d’un petit pendentif en forme de croix. Les deux épaules recouvertes chacune de deux roses de couleur rose pastel. Pour des raisons que l'on nomme pratique, Dezaia porte un short court que l'on ne voit pas sous sa robe mais qui lui permet de faire ses acrobaties sans gênes. A ses pieds de petite chaussures, un petit talon la relevant un peu, rien de bien énorme mais bon ... Ça affine ses grandes jambes visibles depuis es trois-quart de la cuisses. Et avec l’organisation elle a un grand manteau noir ornée de nuage rouge qu'elle attache autour de son cou avec un petit ruban, comme une cape.

Ce n’est certes pas pratique comme tenue, mais elle renferme Milles et uns secrets. Les découvrirez-vous ?


Caractère ♣ Ninja :
Son mental.....très bonne question ! En faite nous pouvons supposer qu'elle est une sorte de rose, ces roses qui s'épanouissent sous un soleil estivale éternel presque irréel, et qui ne semble jamais se faner, or bien qu'elle soit une très belle fleur elle a bien trop d'épines qu'elle ne peut être touché. Elle peut être aussi aimable que douce, aussi démoniaque que sadique, très intelligente, possédant une capacité d'analyse assez impressionnante, qu'elle use souvent, sa phrase favorite « Ne pensez pas comme vous pensez, pensez comme les autres pense » .Ayant était témoin de plusieurs scènes qu'un humain ne devrais voir, ayant subi des choses qu'un humain ne devrait subir...elle est traumatisé. Elle a aussi ce qu'on appelle une double facette, un peu comme un miroir reflétant deux reflets semblable l'un à l'autre mais totalement différent, elle peut être enfantine, joueuse, rieuse, capricieuse, comme sérieuse, froide, calme et réfléchie. Souriante tel un ange, chantante tel une virtuose, pensant comme un Médicis...

Comme pour les analyses musicales, il y a deux temps. Et bien pour Dezaia, c’est exactement la même chose. Apprendre à connaitre avant de juger est une chose primordiale pour faire un joli bouquet avec au centre notre demoiselle en fleur. Dez ou Dezaia devrait se faire entendre non ? Pourtant au premier regard, si vous la voyez, c’est ce qui montrera que vous l’avez beaucoup cherché … Enfin quoi quelle est repérable facilement. Mais, aller lui parler vous viendra surement à l’esprit ? Si c’est là cas vous êtes bien fou … Car hormis le fait que vous la trouverez timide au point de devenir rouge pivoine. Elle déteste tout ce qui lui est inconnu comme la mort où bien l’espace. Mais, c’est bien les seules choses quelle déteste. Au premier contact, timide, et silencieuse. Mlle Ikari ne vous adressera jamais la parole en premier, serait-elle chaste ? Pas du tout, enfin, elle n’est pas ce quelle semble être. Elle se fond dans la masse, certes mais sa gêne montre bien, son manque de sociabilité et son indifférence face au système. Elle pourrait même vous paraître froide, et renfermée… Mais c’est bien tout le contraire. Deizaia est une jeune fille honorable qui respecte ses promesses. On pourrai presque dire qu'elle est trop naïve car elle a tendance à faire trop confiance aux autres personnes de ses connaissances. Elle est gentille et serviable, mais cela à des limites car elle sait s'énerver quand le besoin s'en fait sentir. Déterminée, elle a su ce faire appréciée. Dezaia est même un peu enfantine quand, on jette un œil au fond d’elle, rêveuse et aventurière, elle pourrait allé jusqu’à braver les interdits pour que ses convictions soient justes. Malgré sa peur d’être seule et en manque d’affection, Mademoiselle reste une personne charmante et enjouée qui n’a pas fini de mettre sans dessus dessous notre charmante organisation. Malgré qu’elle soit bien généreuse, Dezaia en reste en quelque sorte soumise et non sure d’elle, ce qui amène à certains défauts et habitudes. Personne n’est contre la fait quelle a quelques défauts, ou manie dérangeante. La première chose qu’on vous dira sur elle, c’est son trait de caractère lunatique, passé du rire aux larmes en deux secondes neuf, qui a cru que c’était possible. On peut alors voir que Mademoiselle est d’une sensibilité sans égal humain. Elle peut même devenir cachotière pour ce protéger elle et parfois les autres, on dit bien qu’il faut parfois savoir tenir sa langue. Dans la lune, Dez’ est souvent hors du vrai monde, en faveur pour le sien. Mais ce qui la gêne le plus, c’est sa jalousie possessive, quand elle aime quelqu’un, Dez’ ne peut pas s’empêcher de ne le vouloir seulement pour elle. Sinon, question passion, Dez’ est une ancienne peintre que tout le monde admiraient dans sa famille, elle métrise l’aquarelle et les gouaches avec un style relativement particulier, jamais vous ne la verrez passer sans sa bandoulière beige remplie de pinceaux et de tubes de pigments. Et de sa pochette à dessin, rempli à rebord. ~ Issue d’une bonne famille, Dezaia pratique La musique : La harpe et le piano. Elle aime beaucoup la harpe, mais déteste le piano. Mais bon la Peinture et la Musique sont deux art qu’elle laisse de côté pour le bien de sa « nouvelle » famille.



Histoire ♣ Ninja :



On dit que les histoires commencent toutes par « il était une fois », soit mais cette histoire que nous contons n’est qu’une fin, une décadence à quoi cela amènerait-il ? Un conflit, une guerre, une fuite, de la rancœur. Tant d’adjectifs, trop d’adjectifs sont si facile à trouver pour sous-entendre la colère. A la fois douce, parfois furieuse, la colère est un sentiment légitime que tout Homme développe au moins une fois au cours de sa douce existence. Teinté d’amertume, elle fait parfois faire l’irréparable à son détenteur, elle le remplit de maux, les uns tous aussi différents que les autres. Cette animosité celle que l’on croit, celle qui nous fait nous sentir humain, vivant rien que l’espace d’un instant. Alors que c’est le pire des États dans la vie d’un humain, alors que la colère est un péché capital, alors qu’en japonais, on la prononce Ikari.

Mais il faut pour cela partir bien avant la naissance de l’enfant à qui on attribua le péché de l’Envie, cette enfant que l’on nomme aujourd’hui : Dezaia.

I - A l’origine…
Tout avait en vérité commencé par le souhait, que certains jugeait inutile, de Saito Naotaka de scinder la famille en trois branches distinctes à cause des types de Justus et des chakras qu’une personne avait en elle. Idiot de séparer de l’intérieur une famille, cela semblait très honorable pour les contemporains à l’époque, pour vouloir « protéger » les héritiers qui maitriseraient le Suiton, Le Fuuton et l’ Hyoton. Des élus pour ceux qui trouvaient cela pitoyable de protéger une minorité de cette famille qui ne cessait de croître et qui hormis les enfants des fondateurs de la famille pourraient rentrer dans cette branche principale ? Et bien c’était exactement le but pour montrer que ceux qui sont dans la branche principale sont de « sang originel » et qu’il n’a pas été infecté par les autres … Par ceux qui auraient voulu le déshonneur de du clan. Cependant, tout se déroula comme prévu, tout le monde accepta cela, car Saito était celui qui avait sauvé le clan et Suki, celle qui l’avait perpétré. Les populations ne pouvaient qu’être d’accord avec eux. Même ci cela ne convenait pas vraiment à ce qu’ils avaient espéré en arrivant à Suna.

Ainsi, la famille prit de l’âge et les générations défilèrent. Pour arriver à la naissance de deux frères, l’un plus vieux, celui qui reprit la tête de la famille à la mort de leur père. Et le second plus jeune. Daiya Naotaka, était un ninja exemplaire au quel on ne pouvait rien reprocher. Fort, grand, beau. Il ne faisait rien pour s’améliorer physiquement, et il avait ce qu’on dit aujourd’hui : Une Tchatche d’enfer. Soit. Beau parleur en prime, l’exemple même du macho moyen alors que son aîné était sage et franc, humble, portant très bien les couleurs du Clan. L’un comme l’autre furent mariés. A de jolies femmes, comme de juste comme ils étaient de la branche principale, eux … Les élus.

Donc Daiya épousa la belle Kuristaru. Une femme qui était simplement une civile, ce qui était rare dans une grande famille de ninja. Mais le souhait de Daiya avait été entendu, cette femme ne pourrait jamais ce mêlé à ses affaires de ninja. Elle lui donnera juste une descendance, et il avait déjà idée de l’ordre dans laquelle il la voulait. Une fille en premier et après un garçon, et si il était d’humeur, il aurait peut-être un troisième enfant. Daiya était très … Aimait vraiment prévoir tout, un énorme défaut en soit … Pourtant, il semblait tout avoir et tout vouloir … La Luxure était un péché … Il le savait, et Dieu savait qu’il serait puni. Sa punition serai un de ses enfants, et pourquoi poser la question : Lequel ?

Son premier enfant, sa fille, Dezaia serai sa punition et celle de sa famille. D’ailleurs, c’est le premier enfant de la branche principale, le cadet avait eu un enfant avec sa femme avant son frère ainé, et comme il le voulait une fille. Daiya était un fou de pêché … Il connaissait les sept par cœur et au moment où il a vu le visage, soit dit en passant, angélique une fois le bébé nettoyer après l’accouchement de sa femme, il l’appela Dezaia : L’envie. Cette enfant était juste jolie pour rendre fou ce que son père nommait « mâles ». Née un jour de printemps pluvieux, elle ne pouvait être qu’une malédiction….

II- La seconde du clan Naotaka

Comme tout le monde Dezaia grandissait, comme tout le monde elle a eut une enfance. Pour elle plus ou moins heureuse, à vrai dire, sa mère ne souciait pas d’elle, son père trop occupé par ses fonctions de Clan. Comme elle était la première née de la branche principale, elle était l’héritière de la famille jusqu’à nouvel ordre. Avant d’aller à l’académie, elle était une petite fille sage, modèle même. Comme elle était encore seule, elle avait obtenue de son oncle un chat : le petit Sukai. Un petit chat Blanc comme neige, espiègle, le seul ami qu’avait Dezaia en ce bas monde. Pourtant, elle n’avait que cinq ans quand Sukai arriva à la maison, il fût bien vite détesté par ses parents. Sa mère ne le supportait pas, son père détestait les chats, en faite il était lui, ce simple petit animal le point de départ de la malédiction que Dieu avait commandé pour le Clan Naotaka.

Depuis qu’elle pouvait marcher, Dezaia apprenait les techniques et les rudiments du ninja avant de pouvoir rentrer à l’Académie comme tout les enfants des autres branches du Clan. Elle était en partie impatiente d’avoir huit ans. Mais à quel prix ? En ce temps là, vers ses cinq ans, Dezaia était toujours chez sa tante, une femme aimante et gentille qui n’arrivait pas à avoir d’enfant avec son oncle Chéri. Dezaia l’aimait comme une mère, car la sienne ne prenait pas soin d’elle. Elle passait des journées entières chez son Oncle et sa Tante, Dezaia était épanouie comme à son habitude mais pourtant …

Un jour pas fait comme un autre, elle rentra chez elle à deux pas de chez sa Tante adorée. Faisant comme à son habitude, elle rentra défit ces petites chaussures et alla s’installer dans sa chambre pour jouer avec Sukai. Cependant, le petit chaton n’était pas là, il était introuvable, elle l’appela, elle le chercha partout, sauf dans la dites chambre, car d’habitude, Sukai l’attendait à son retour, mais cette fois, rien. Même si elle trouvait ça fort étrange, Dezaia préféra demander directement à son père où était le cadeau de son oncle. Il ne répondit rien et lui dit cependant d’aller voir dans la remise. Ce qu’elle fît pour retrouver son ami. Pourtant elle n’aurai jamais du faire ça. En ouvrant la porte, elle se glaça d’effroi et cria comme elle put autant qu’elle put. Sukai… Elle l’appelait, il ne répondait pas alors qu’une trainée de sang s’enfonçait dans l’obscurité de la remise, elle avança. Tout doucement tout doucement. Jusqu’à découvrit le pot aux roses. Sukai, était …

« - Sukaiiii !!! »

Le cri et les pleurs qui s’en suivirent étaient bien plus que déchirant. Agenouillée, la tête dans les mains, elle ne pouvait pas lever les yeux sur le cadavre du chaton. Un Kunai dans chaque patte avant, un dernier qui rassemblait celles du bas. Crucifier, on avait crucifié et égorgé son petit chaton. Rien que le fait qu’il soit égorgée était une signature de son père … Ou de son Oncle … Chéri ? Et bien soit, les deux s’étaient mit contre elle, Dezaia serai sans pitié. Jamais elle ne leur ferai de cadeau. Elle ne sera que l’instinct de son Envie désormais, elle allait faire honneur à son prénom.

C’est le jour de ses six ans que Dezaia appris la grossesse de sa Tante chérie. Malgré qu’elle déteste son père et sa Mère et désormais son oncle, elle se jura intérieurement de ne rien faire au futur enfant si cela faisait le bonheur de sa Tante. Cependant, son père, celui de Dezaia, n’était pas d’accord. Depuis six ans, il espérait que son frère n’aurait pas d’enfant et que sa propre fille devienne l’héritière du Clan. Pourtant, pour Dezaia, c’était différent, elle voulait devenir un ninja et enfin battre son père et faire du mal à cette famille qui la détestait au point d’avoir crucifier son chat adoré. Alors qu’il n’avait rien fait. Sa mort a été causé par le simple fait d’existé en ce bas monde. Et ça Dezaia s’en rendait déjà compte.

C’est ainsi que avec toute la haine qu’elle contenait Dezaia eu vent de la naissance d’une cousine directe. Mitsuki. Mitsuki Naotaka. Sa Tante Adorée avait enfin eu l’enfant dont elle rêvait. Pourtant Dezaia n’avait pas le droit de voir l’enfant. Pourquoi ? Car le père de cette dernière avait tellement accumulé la haine dût à la naissance de l' enfant de son aîné que ce dernier(l'ainé) pensait que son frère pourrait convaincre sa fille de faire du mal à l’enfant qui venait de naitre. Criant et pleurant à la porte de la maison de son Oncle, Dezaia insistait pour voir sa Tante chérie… Mais même cette dernière avait peur de sa nièce désormais… Même celle qu’elle considérait comme sa mère avait peur d’elle… C’était fini les jours d’insouciance désormais, elle serait la vraie Envie du livre qui lui avait donné son prénom.

III- Une Traitresse
Alors que Dezaia prenait de l’âge, oui elle avait désormais huit ans et entrait enfin à l’académie. Elle n’avait encore jamais vu cette Mitsuki de près mais elle l’avait déjà vu de loin, et un jour, elle se le jurerait, elle lui ferait du mal pour montré à sa Tante ce que lui a fait cette séparation directe entre elle et la petite fille. Elle le fera pour lui faire ressentir la même douleur. Dezaia était déjà une psychopathe et oui ce genre de chose arrive. Mais cela était dérisoire, elle devait déjà obtenir des diplômes et autre encore. Pour un jour arriver à un niveau relativement suffisant pour battre cette jeune héritière.

Pourtant rien n’était allé en s’arrangeant, Kuristaru avait donné naissance à deux jumeaux … Hi et Yoru. Deux gêneurs en trop … Dezaia avait alors onze ans et elle entrait dans une équipe de Genin
… quelle étape barbante … Mais bon on devait y passer non ? L’Envie ne se souvenait même plus du prénom de ses coéquipiers, ni de celui de son Sensei. Il les a pourtant guidé jusqu’à l’examen Chuunin. Que l’on aurait pu le croire dur mais avec l’entrainement de son père, Dezaia y alla les mains dans les poches, toute fierté en avant, elle savait qu’elle allait réussir et comme prévu, elle réussit. Le faite qu’elle est deux affinités l’aidait pour beaucoup mais le fait aussi de maitrisé par hérédité le Hyoton avait était un point bonus. Une petite utilisation et tout c’était bien passer pour elle et son équipe.

Peu fière d’elle, Daiya la battait, il disait encore et toujours qu’à son âge, il aurait fait mieux, qu’elle était une incapable face à Hi et Yoru. Face à sa cousine Mitsuki. Elle supportait les coups et elle s’en fichait bien, son heure viendrai bientôt, bientôt il regrettera d’avoir mit au monde l’objet de sa destruction. Bientôt il s’en mordrait les doigts.

Alors que la vie continuait tant bien que mal, Dezaia était devenue Juunin. Pourquoi ? Parce qu’elle était devenue experte dans les assassinats discrets… Une Juunin spéciale dès lors. Enfin, elle avait assez de puissance pour se dresser contre ses géniteurs et son oncle et sa Tante. Contre ceux de la branche principale … Contre l’Elite dont elle faisait partie, elle voulait les détruire de l’intérieur, tous, autant qu’ils étaient. Et de plus elle avait un petit plus dont le clan n’était pas averti. Elle maitrisait trois technique de glaces dont une relativement spéciale. C’était une sorte de mélange entre la pensé et la confection. Ce qu’elle voyait psychiquement, elle arrivait à le recréé et à le faire attaquer par la simple force de sa pensé. Comme elle lisait beaucoup, elle avait comprit que c’était ce que l’on nomme capacité spéciale.

Enfin rien de bien important ne se passa dès cette époque, elle grandit encore et encore, atteignant l’âge de vingt ans. Enfin, tout devait ce produire comme il faut tout devait être fini. Tout cela sera la fin de la tragédie de la branche principale des Naotaka. Il était enfin temps. Tout ce qu’elle attendait, c’était que ses frères dorment, à douze ans chacun ils dormaient bien tôt, et les parents aussi car ils suivaient tout deux leurs rythme. Et là, en ce jour pluvieux la punition de Dieu s’abat sur la Clan Naotaka. Une nuit rouge.

Elle les endormit, oui Hi et Yoru dormaient, elle les plongea dans le sommeil éternel, aucun témoin ne devait vivre et ils seraient capables de savoir que c’était l’Envie, Dezaia qui avait fait cela donc, s’en était fini d’eux. Enfin, les enfants gâtés étaient partis d’un simple coup de poison. Rien de plus simple. Comme un croque-mort prenait les morts, elle prit sur chacune de ses épaules un des jumeaux et les descendit dans le salon. Leurs sort étaient tracés depuis leur naissance … Sukai …


IV- Une fuite glacée
Sukai, Sukai, le simple nom de son chaton trottait dans sa tête, elle devenait folle à en parler. Elle devenait l’Envie et ce soir là, l’envie de tuer. Elle avait déjà tué mais ce plan qui mijotait depuis si longtemps prenait enfin forme, elle ne pouvait plus revenir en arrière. Elle avait déjà tué Hi et Yoru, c’était la phase une qui se terminait. Les déshabillant, elle les laissa en caleçons. En simple sous-vêtements. Rien de plus drôle pour elle. Sortant de ses jupons ses pieux en bois, son arme favorite, elle en prit un et les clouer comme Sukai … Comme son petit chat, ils devaient souffrir ! Tous !

Finissant à l’heure prévue, ses deux frères étaient attachés aux murs du salon, le sang dégoulinant du mur pour finir sur le sol, aux pieds nus de Dezaia. Jouissif, c’était si beau de voir cette mort, c’était merveilleux pour elle. Des pas ce firent entendre. Sa mère comme prévu allait voir si les deux frères dormaient bien, et reviendrait comme d’habitude au salon cherché sa robe de chambre. Et là, elle la prendrait en traître comme elle avait prit Hi et Yoru. Se délectant déjà de ce qu’elle avait prévu. Tout ce passa comme prévu. Le Ciel gronda et un éclair vient tapir la scène dès que Kuristaru ouvrit la porte et vit ses fils clouer au mur. Déjà elle savait qui était l’auteur du crime. Car ils étaient cloués comme Sukai, le chat de Dezaia. D’ailleurs, elle remarqua enfin sa présence, la présence démoniaque de sa fille, sa propre fille. Qui la regardait avec une envie folle de détruire.

Rien, même pas un cri, pas une résistance, elle savait qu’elle allait finir comme ses fils, elle se laissa faire gentiment. Laissant Dezaia la clouer vivante au mur comme l’avait été son cher Sukai. Les yeux ouverts, elle les ferma quand Dezaia cria au secours, pour alerter le père qui dormait. Le plan était parfait jusque là. Le père, Daiya arriva enfin. Enfin, sauf que lui fût un peu plus réactif, il cria et tenta de réveillé ses fils de détacher sa femme mais Dezaia l’attendait dans un coin de la pièce. Les pieux de sa femme étaient en chakra, sa capacité spéciale. Il ne pouvait rien faire hormis tuer sa fille qui avait les pieds baignés de sang. Il savait que c’était elle, les pieux étaient sa signature. S’approchant des cadavres, elle inter-changea les pieux de sa mère, en mettant des pieux, véritable en bois.

« - Monsieur Naotaka, votre crime ? C’est-ce que vous vous demandez n’est-ce pas ? … »
« - Dezaia Naotaka ! Arrête ce jeu immédiatement ! »
«  - Désormais je suis Dezaia Ikari, Je suis l’envie de la colère, l’envie de n’importe quoi et qui. Ikari est la Colère, Dezaia est l’envie. Je suis un groupement de péché capital. Et toi tu es l’humain qui doit subir le châtiment que tu as créé. Tu n’aurais jamais dut tuer Sukai, jamais ! »

Elle ne se retient pu lançant une attaque de Hyoton, elle changea son chakra en glace et trancha la carotide des personnes crucifiées, devant les yeux du père ébahi par tant de … de quoi ? De fourberie… Puis ce fût son tour. Au lieu de ce faire crucifier, Dezaia profita de son égarement pour lui tranché la gorge comme aux autres. Le sang coulait, et c’était magnifique. C’est comme ça qu’elle le coula lui aussi au mur. Une belle brochette de personne fausse et incapable de dire qu’ils n’aimaient pas Dezaia.

Tout était à deux pas d’elle, la vengeance parfaite. Elle entra comme durant ses missions, discrètement dans la maison de sa Tante et de son oncle. Elle allait la faire souffrir à son tour. Elle passa délicatement d’une pièce à l’autre entrant alors dans la chambre de la dites héritière. Ses pas avaient laissé des traces de sang sur le plancher. Dommage pour elle, ça l’a trahi avant qu’elle ne commence à planter les pieux dans les mains de sa victime. Sa Tante entra en trombe dans la chambre de sa fille la découvrant contre le mur, aux bons soins de Dezaia. Cette dernière ria en regardant sa Tante, en l’entendant la supplier de laisser son enfant qui n’avait que quatorze ans.

Plantant un pieu dans la jambe de sa cousine, Dezaia tira sa révérence et se sauva par la fenêtre. Elle n’avait plus rien à faire à Suna, ni dans son clan d’origine. Elle était libre mais devenue une criminelle. Elle maitrisait le vent, l’eau et la glace… Rien de plus incroyable… Elle avait à capacité spéciale. Que demander de plus franchement. Elle n’avait plus qu’à partir, loin. Elle erra ainsi, trois ans sur les routes avant d’être confronté à un nouveau cas de figure…

V- L’entrée
Rien de bien simple n’était alors arrivé à notre Envie, à la jeune Dezaia. Enfin depuis peu à la jeune Dezaia Ikari, de son nouveau nom. Soit, ses longs cheveux roses ne la faisait pas passer pour une autre dans les Bingos Books, Dezaia parcourait toujours les routes, toujours effrayées par son nouveau jutsu. Il était même très impressionnant pour une jeune femme comme elle, elle avait tout juste vingt-trois ans et elle maitrisait une attaque de cette envergure dont elle ne pouvait pas se protéger vraiment car ça insinuait de se trouver soit haut dans le ciel, soit sous le sol, et encore caché à une bonne profondeur. Comment pouvait-elle avoir appris une telle technique, c’était impensable pour elle. Et Puis physiquement, jamais elle ne pourrait tenir cette attaque pour qu’elle fasse des dégâts. Elle avait appris une attaque complètement inutile à son gout. Peuffff, elle préférait de loin ses pieux et le fait de crucifier les gens avant de leur trancher la gorge avec une lame de Fuuton ou de Hyoton, ça c’était nettement plus amusant. De voir à la fois tant de sang et tant de haine l’emplir jusqu’à la faire sourire de plaisir, voilà ce qui l’amusait enfin de compte, planter ses pieux en bois dans la chair tendre de sa victime, de son diner, de celui avec qui elle joue.

Mais comme c’est ici l’acte final de cette tragédie que les cieux ont décidé de commander. Qu’est devenue Dezaia après avoir utilisée sa tornade de glace contre des personnes qui l’attaquaient pour sa prime. Certes, elle est resté, après cela une simple Nukenin du village de Suna, rien de bien grave à ce niveau là, n’est-ce pas ? Mais quand voit-on le tournant vous demandez-vous ? Et bien, un jour de printemps si elle se souvient bien. Un jour relativement ordinaire à vrai dire pour elle rien n‘était bien différent de la veille et de l‘avant-veille cependant, ce n‘est pas tout les jours que l‘on retourne dans le pays où l‘on naît. Du haut de ses vingt-trois ans on aurait pu croire qu‘elle voulait mourir à cause des recherches qu’on avait programmé contre elle en trois ans.

Ses cheveux roses qu’elle avait attachées en chignon désordonné et caché sous une jolie parqua noire. Elle traversa un peu le désert, au bout d‘une heure, peut-être deux, elle se savait suivit. Par qui ? Par quoi ? Et Pourquoi ? Elle avait au moins une réponse aux trois questions qu‘elle se posait. On la cherchait parce qu‘elle était une Nukenin. Elle avait tué son père, sa mère et ses deux petits frères, et tenté d‘attenté à la vie de sa cousine l‘héritière de la famille Naotaka. Et cela de la plus horrible façon qui soit. Mais ne l‘ai-je pas déjà expliqué ? Si enfin bon continuons… Dez’ était donc suivie. Elle ne savait pas vraiment mais elle continua à marcher comme si de rien était avant d‘être sûre d‘être cachée par une dune où l‘on ne la verrait pas. Enfin … Le moment était arrivée, elle se retournât et jeta un pieu en bois caché dans un des jupons de sa robe.

« - Que venez vous faire ici et pourquoi me suivez vous ! »

La personne en face d‘elle avait esquivé et était en quelque sorte caché des yeux de l‘Envie. C‘était exaspérant, si c‘était un combat, elle était prête comme toujours. Elle avait l‘habitude après tout, les chasseurs de têtes la poursuivait depuis un bout de temps. Mais le faite que celui-ci reste caché, elle ne sait où était intriguant et à la fois étrange, peut-être qu‘elle avait juste rêvé. Pourtant la présence était toujours là. Dezaia préféra fermer les yeux pour réfléchir. Elle réfléchissait mieux les yeux fermés. Les rouvrant une fois sa réflexion faite, elle n‘eut pas la peine de demander à la personne qui la suivait de sortir de sa cachette, elle était là devant elle. Ça arrangeait les choses enfin. A la fois androgyne, et à la fois masculin, Dezaia ne savais si la personne en face d‘elle était un homme ou une femme. Cependant quand il lui parlât en détails de qui il était et du pourquoi il était là, elle devina sans peine de quel sexe cette personne était. Un homme. La voix n‘était ni aiguë, ni fluette, elle était trop grave pour être celle d‘une fille voilà tout.

A-k-a-s-t-u-k-i ? De quoi lui parlait-il ce jeune homme ? D‘une organisation secrète enfin de compte ? Il lui expliqua ce que cette organisation pouvait faire pour elle, ce qu‘elle lui apporterai. Tant que cela pouvait l‘aider à tuer tout le reste de sa famille à Suna, le marché était conclu. Cependant quand il l‘a nomma, il l‘appela bien : Dezaia Naotaka. Rétorquant avec force qu‘elle ne s‘appelait plus ainsi, les deux caractères se froissèrent … comme des enfants. Un Pieux dans le pied pour lui et une foulure au poignet pour elle, ils se mirent enfin d‘accord pour rejoindre ce que ce garçon …Deidara c‘est ça ? Appelait Akatsuki.

Aujourd’hui, elle fait partie de l‘organisation. Encore … Pour la reconnaitre, c‘est un vernis bleu clair qu‘elle met de ma même couleur que ses yeux et que l‘intérieur de la bague de son binôme. Bien qu‘ils se chamaillent souvent au sujet de l‘art : Qui de la glace ou de l‘explosion est le mieux ?
Dezaia l‘apprécie énormément et elle le considère comme un ami, même si elle sait que le contraire n‘est pas réciproque. Elle ne parle pas d‘amour, elle est trop effrayée par ça.


Équipement ♣ Ninja :
Dezaia a un équipement de base à vrai dire... Kunais ect ... Ce qui a différencie fortement des autres ce sont les pieux en bois qu'elle cache tout le long de sa robe, particulièrement dans es froufrous de cette dernière. Elle préfère ce battre avec ses derniers plutôt qu'avec d'autre armes ... Plus basiques.


Spoiler:
 



HRP : Comme je ne sais pas si les Perso inventés sont admissibles à l'Akatsuki, je tente ma chance 8O
Par Pitié soyez clément T-T ( Non je changerai si besoin et avec plaisir ).


Dernière édition par Dezaia Ikari le Ven 9 Mar - 0:21, édité 23 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misaki Hinari
Rokudaime Hokage / Tigresse féroce ♥
avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 26/07/2011
Localisation : Fuck.

Identité du Ninja
Expérience:
100/100  (100/100)
Âge: 28 ans
Prime:

MessageSujet: Re: Qui a dit que j'étais une Poupée de son ? Dezaia Ikari   Mer 7 Mar - 11:03

Bienvenue à toi =)
Oui, les personnages inventés sont acceptés dans l'Akatsuki, tant qu'un bon niveau et une certaine cohérence sont respectés !
SI tu as des questions, n'hésite pas à les poser au staff !
Bonne continuation, un début de fiche très bon pour le moment, malgré quelques fautes en effet ^_^


Reine SM de Naruto no Agari ~

Dream On - Glee cast version [Misaki Theme]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/media/set/?set=a.1389265059724.2052669.1
Dezaia Ikari
Membre de l'Akatsuki
avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 06/03/2012
Age : 24
Localisation : A votre avis, je vagabonne entre Ciel & Terre

Identité du Ninja
Expérience:
0/100  (0/100)
Âge: 23 ans
Prime: 25 000 Ryos

MessageSujet: Re: Qui a dit que j'étais une Poupée de son ? Dezaia Ikari   Ven 9 Mar - 0:22


Voili Voilou ♥
J'ai terminé et corrigé à l'heure où je vous parle ♫

Bonne lecture mais c'est long par contre Xox Pardon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsubasa Kento
Jûnin de Suna
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 19/07/2011

Identité du Ninja
Expérience:
91/100  (91/100)
Âge: 32
Prime: /

MessageSujet: Re: Qui a dit que j'étais une Poupée de son ? Dezaia Ikari   Ven 9 Mar - 13:35

Hum... eh bien histoire original et assez plaisante à lire (une impression de déjà vu quand même ;D). Sinon je ne vois trop rien à redire. Donc je te valide en tant que membre de l'Akatsuki.
Bien sûr, si les admins ont une quelconque remarque à te faire, tu devra les prendre en compte.
Donc, validé et tu peux commencer ta fiche technique.

Ps: Prime: 25 000 Ryos ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Qui a dit que j'étais une Poupée de son ? Dezaia Ikari   

Revenir en haut Aller en bas
 
Qui a dit que j'étais une Poupée de son ? Dezaia Ikari
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» J'étais pourtant persuadée de déjà l'avoir fait...
» Ce que j'étais hier, je le serai demain. 05/10 - 9h17
» europe ❖ je voulais être seule mais trop tard, j'étais déjà née.
» • Raphaël - Avant j'étais gentil, mais ça c'était avant.
» Si j'étais ... je serais ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto no Agari :: Votre Personnage :: I. Fiches de ninjas :: . Fiches validées-
Sauter vers: